ecrire_jeancocteau_mcommemuses2

Écrire pour guérir? (la science parle)

La semaine dernière, j’ai lu un article à propos des bienfaits de l’écriture lorsqu’elle est utilisée pour déposer sur papier ses émotions, ce que l’on vit, aussi appelé écriture expressive. Bien que dans cet article on parle d’études faites auprès de gens malades, l’écriture expressive représente pour nous tous un outil puissant pour rester connecté à soi-même et pour laisser s’exprimer la vie à travers nous et nos écrits. Écrire fait le plus grand bien mentalement et aide à avoir l’esprit plus clair. Cela nous détend et nous permet de mieux nous connaître.

Cette forme d’écriture, nous l’abordons et l’expérimentons dans l’atelier en ligne Revenir vers soi aux modules 3 et 4.

Comme l’article était en anglais, je l’ai traduit afin de vous le proposer ici. (Tous les liens dans le texte sont les originaux et l’article original est indiqué à la fin du texte.) Bonne lecture!

La science révèle quelque chose de surprenant à propos des gens qui aiment écrire

Les bénéfices de l’écriture vont bien au-delà la construction du vocabulaire. Peu importe la qualité de votre prose, le seul fait d’écrire mène à des bénéfices importants sur la santé physique et mentale, comme par exemple une amélioration à long terme de l’humeur, du niveau de stress et des symptômes de la dépression. Dans une étude de 2005 sur les bénéfices physiques et émotionnels de l’écriture expressive, des chercheurs ont découvert que seulement 15 à 20 minutes d’écriture, de 3 à 5 fois pendant la période de 4 mois qu’a duré l’étude, était suffisant pour faire une différence.

En écrivant sur des événements traumatisants, stressants ou émotifs, les participants avaient significativement moins de chances de tomber malade et d’être affectés par des traumatismes. Ils finissaient par passer moins de temps dans des hôpitaux, avaient une pression sanguine moins élevée et un meilleur fonctionnement du foie que les non-participants. 

L’écriture aiderait également à guérir plus rapidement de blessures physiques. En 2013, des chercheurs de la Nouvelle-Zélande ont étudié le rétablissement de 49 adultes en bonne santé qui avaient subi une biopsie. Ces adultes ont écrit leurs pensées et sentiments pendant seulement 20 minutes, trois jours de suite, deux semaines avant leur biopsie. Onze jours après la biopsie, 76% des participants qui avaient écrit étaient complètement guéris, mais 58% des non-participants n’étaient pas encore complètement rétablis. Les chercheurs ont conclu que le fait d’écrire à propos d’événements stressants aidait les participants à trouver un sens aux événements et à réduire leur détresse.   

Même ceux qui souffrent de maladies spécifiques peuvent améliorer leur santé par l’écriture. Des études ont démontré que chez les gens qui écrivent; les asthmatiques ont moins de crises que ceux qui n’écrivent pas; les patients atteints du SIDA ont un nombre plus élevé de cellules T; les patients atteints d’un cancer sont plus optimistes et ont une meilleure qualité de vie. 

Alors, qu’est-ce qui fait que l’écriture peut être si bénéfique pour vous?

James W. Pennebaker dirige depuis des années une recherche sur la guérison par l’écriture, à l’Université du Texas à Austin. «Lorsque l’on donne l’opportunité à des gens d’écrire à propos de bouleversements émotionnels, ils font souvent l’expérience d’une meilleure santé», affirme-t-il. «Ils consultent moins le médecin. Ils ont un changement de leur fonction immunitaire». 

Pourquoi? Le chercheur croit que l’acte d’écrire permet aux gens de prendre du recul et d’évaluer leur vie. Au lieu d’obséder de façon négative sur un événement, ils peuvent se concentrer à aller de l’avant. Ce faisant, le niveau de stress diminue et la santé générale s’en trouve améliorée.  

Vous n’avez pas à être un romancier de carrière ou à constamment réfléchir sur les moments les plus traumatisants de votre vie pour obtenir ces effets bénéfiques. Même le fait de bloguer ou de tenir un journal est suffisant pour obtenir des résultats. Une étude a démontré que tenir un blogue pouvait être un déclencheur de dopamine, produisant un effet similaire à la course à pied ou l’écoute de musique. 

D’améliorations à long-terme sur la santé à des bénéfices à court terme, comme obtenir un meilleur sommeil, c’est maintenant officiel: ceux qui écrivent font assurément quelque chose de bien. 

Traduit de: Science Shows Something Surprising About People Who Love to Write, par Rachel Grate.@RachelSGrate austenfeminist.wordpress.com

Commentaires

  • Nicole
    Répondre

    Merci chère Manon pour cet intéressant partage;
    It’s so true!!
    Essayer c’est l’adopter 😉
    Belle journée,
    Nicole

  • Chantale Surprenant
    Répondre

    Merci d’avoir traduit cet article pour nous, c’est du travail…

    J’ai fait l’expérience de cette façon de faire pour me libérer d’un moment stressant; très efficace! Mais on oublie parfois ce moyen.
    L’article est très bon! Merci pour ce partage. Soupie 😉

  • France LeBlanc
    Répondre

    En arrêt de travail depuis un mois et qui se poursuit pour un autre mois, j’ai eu le temps de coucher sur papier au début mes émotions éparpiller. Mais avec le temps j’ai observer que ces émotions etaient devenus des pistes de solutions à mon épuisement. L’écriture a toujours fait partie de ma vie dans le temps de crise surtout. Mon journal créatif m’est salutaire pour ma survie et pour continuer dans la vie tout en évoluant!

  • Nadia Chougui
    Répondre

    Merci pour cette très intéressante lecture. Ce passage me marque beaucoup : « Vous n’avez pas à être un romancier de carrière ou à constamment réfléchir sur les moments les plus traumatisants de votre vie pour obtenir ces effets bénéfiques. Même le fait de bloguer ou de tenir un journal est suffisant pour obtenir des résultats. Une étude a démontré que tenir un blogue pouvait être un déclencheur de dopamine, produisant un effet similaire à la course à pied ou l’écoute de musique. »

    J’avoue que depuis je prends le temps de bloguer avec des mots, je sais pas trop comment l’exprimer tout ce que ça créer en moi, mais ça me libère, fait du bien et donne envie de toujours continuer. Je n’écris pas souvent mais j’aime beaucoup au final.

  • maryse josseaume
    Répondre

    j’utilise ce moyen depuis peu, mais suffisamment pour avoir du recul pour constater les bienfaits de cette thérapie par l’écriture. Mon cahier de brouillon que j’ai surnommé « mon confident mon véritable ami » dans la table de nuit un stylo et hop ….. si j’ai eu une journée épuisante due à une contrariété, je dépose tout mes ressentis sans faire de belles phrases à la vitesse de ma pensée et curieusement une fois couchées sur le papier je suis soulagée d’ un poids et j’’arrête de ressasser. E t, comme par enchantement je suis plus calme, plus sereine en un mot beaucoup mieux et prêtes à m’endormir dans les bras de Morphée. Jamais, je ne relis et si je n’est plus besoin de cette écrit ce qui est souvent le cas quelques jours plus tard, j’arrache cette page … que je ne veux plus voir et surtout, pour ne plus y repenser.

  • guylaine
    Répondre

    Bonjour Manon, offriras-tu un autre atelier Revenir vers soi? Celui de janvier étant complet…

    • Manon

      Oui! Une nouvelle cohorte débutera au printemps! J’annoncerai le tout très bientôt!